Question écrite n° 12245 de Mme Carole Grandjean publiée au Journal Officiel

Question écrite n° 12245 de Mme Carole Grandjean publiée au Journal Officiel

Question publiée au JO le 18 septembre 2018

Rubrique : Politique extérieure Titre : Dérives autoritaires en Inde

Texte de la question :

Mme Carole Grandjean alerte M. le ministre de l’Europe et des affaires étrangères sur le conflit actuel en Inde entre le régime en place et la mouvance naxalite, ainsi que sur les dérives qu’il engendre. Le 28 août 2018, cinq personnes ont été arrêtées et emprisonnées. Professeurs des universités, avocats, syndicalistes et défenseurs des droits, ces citoyens semble se voir reprocher la réalité d’être en opposition au Gouvernement nationaliste hindou. De nombreuses perquisitions sont également menées au sein de domiciles de personnes considérées comme étant de gauche, et donc opposées au régime en place. Les oppositions et frictions existantes entre le parti nationaliste hindou et l’insurrection naxalite qui sévit au centre du pays engendre une vague d’arrestations et de jugements hâtifs d’écrivains, de militants des droits de l’Homme, de femmes et d’hommes de droit, sur simples soupçons d’affiliation naxalite. Cette pratique anti-démocratique démontre les dérives d’un régime qui ne respecte plus les principes de libertés. Elle souhaite ainsi connaître la position de la France et les démarches diplomatiques qui seront menée afin d’assurer la protection et la libération des militants pacifistes en Inde.

Texte de la réponse, publiée au JO LE 13 novembre 2018 : 
Démocratie dotée d’une justice indépendante, où les libertés sont garanties par la Constitution, l’Inde est un Etat de droit. Elle est confrontée au mouvement naxalite, guerilla d’inspiration maoïste touchant le nord-est du pays. Sur les questions relatives aux droits de l’Homme, la France échange depuis plusieurs décennies, comme ses partenaires de l’Union européenne, avec les autorités indiennes. Elle a ainsi engagé avec l’Inde de nombreux dialogues, lors desquels elle a l’occasion de rappeler son attachement au respect des libertés publiques pour toutes les populations.