Question écrite n° 6656 de Mme Carole Grandjean publiée au Journal Officiel

Question écrite n° 6656 de Mme Carole Grandjean publiée au Journal Officiel

Rubrique : Professions et activités sociales

Titre : Situation des aidants

Mme Carole Grandjean interroge Mme la ministre des solidarités et de la santé sur la situation des aidants. Sur leur cotisation retraite, il est aujourd’hui constaté qu’il existe une distinction de dispositifs sur la majoration de la durée d’assurance vieillesse entre les aidants de personnes en situation de handicap et les aidants de personnes dépendantes. Applicable uniquement aux aidants de personnes en situation de handicap et en vertus des articles L. 351-4-1 et L. 351-4-2 du code de la sécurité sociale, cette majoration de durée d’assurance d’un trimestre se découpe par période de trente mois, dans la limite de huit trimestres. Elle est applicable dès lors qu’il s’agit de la prise en charge d’un membre du foyer familial de l’aidant, à savoir son conjoint, son ascendant, descendant ou collatéral. À cela s’ajoute un retour à l’emploi compliqué pour les aidants familiaux, qui, malgré la formation acquittée par la caisse nationale de solidarité pour l’autonomie (CNSA), peinent à retrouver leur emploi ou à bénéficier d’une reconversion professionnelle. À l’heure où une grande réforme sur la formation professionnelle est engagée par le Gouvernement, il est encore temps d’agir en faveur de ces personnes qui souhaiteraient voir obtenir une validation et une reconnaissance de leurs acquis au quotidien. Le bien-être des aidants est indispensable si nous souhaitons compter sur eux pour remplir leur mission. La mise en place de plateformes de répit peut être une première solution envisageable : connaître leurs besoins et attentes est important pour les accompagner et les soutenir au quotidien. Il convient d’accroître les solutions proposées par la société pour permettre un réel choix pour les aidants et une offre de prise en charge partielle ou complète en alternative possible. Afin de veiller à une plus grande solidarité auprès des personnes les plus vulnérables, elle souhaite connaître les pistes envisagées par le ministère des solidarités et de la santé afin d’améliorer le statut ainsi que le cadre de vie professionnelle des 8,4 millions aidants en France, qu’ils soient familiaux ou en EHPAD.